Qu’est ce que le stress ?

1ère partie : Histoire et Physiologie du Stress

UN PEU D’HISTOIRE

Le mot « stress » est apparu autour de 1940. Au départ, c’était un mot anglais (qui a changé de signification par la suite) employé en mécanique ou en physique et qui signifiait « force, poids, tension, charge ou effort ». Ce n’est qu’en 1963 que le psychologue Hans Seyle utilise ce mot en médecine, et le définit comme étant « des tensions faibles ou fortes, éprouvées depuis toujours, et déclenchées par des événements futurs désagréables ou agréables ». Il y voit des « forces potentiellement destructrices » et parle « d’état de stress » pour décrire les « changements physiques provoqués par une situation stressante ». C’est la notion moderne du stress que nous employons couramment aujourd’hui.

Il survient alors l’idée que les situations excessivement agressives provoquent un stress important pouvant entraîner des maladies physiques ou mentales. C’est dans cette optique que William Osler (1849-1919), cardiologue, montre qu’un travail pénible et de lourdes responsabilités conduisent aux tourments et à l’anxiété dont la persistance peuvent entraîner des problèmes médicaux.

LA PHYSIOLOGIE DU STRESS

Le stress est un ensemble de réactions physiologiques (sueurs, accélération du cœur et de la respiration) et psychologiques (inquiétude, troubles du sommeil) qui se manifestent lorsqu’une personne est soumise à un changement de situation. Plus simplement, le stress c’est une sensation que l’on éprouve lorsque l’on est confronté à une situation à laquelle on ne croit pas pouvoir faire face correctement. Il provoque un sentiment de malaise. C’est comme un réflexe de l’organisme qui agit contre les agressions extérieures. Cela va déclencher un ensemble de réactions nerveuses et hormonales.

Le stress peut permettre une mobilisation des forces physiques et mentales. Par exemple, l’élévation du rythme cardiaque et respiratoire (dû notamment à une décharge d’adrénaline) permet de mieux oxygéner les muscles ; c’est une réaction animale (préparation à la fuite ou au combat face à un danger). Mais il peut aussi faire perdre les moyens et nuire à l’action ; il s’agit probablement d’une autre réaction animale (camouflage impliquant l’immobilité).

Cette situation épuise l’organisme. Une situation prolongée de stress entraîne une fatigue et favorise l’apparition de maladies, notamment cardio-vasculaires.

En fait, la notion de stress regroupe plusieurs notions :

– le changement,

– la cause extérieure provoquant la réaction

– l’agent stressant ; on peut désigner ceci par les termes de « contrainte » ou de « pression nerveuse »

– la réaction d’adaptation à cette contrainte, que l’on peut désigner par le terme « tension nerveuse ».

On a l’habitude d’associer le stress à des situations créées par des relations humaines (passage d’un examen, conflit interpersonnel…) mais ce syndrome se manifeste pour tout changement : voyage (choc culturel, décalage horaire), changement climatique (par exemple lorsque l’on sort dans le froid), événement professionnel (licenciement, nouveau travail, changement d’équipe), événement familial ou sentimental (déménagement, mariage, divorce, naissance, décès, nouvelle rencontre, dispute), changement corporel (adolescence, ménopause)…

A suivre…..


Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close